Creativity

Innovation

Originality

Imagination

 

Salient

Salient is an excellent design with a fresh approach for the ever-changing Web. Integrated with Gantry 5, it is infinitely customizable, incredibly powerful, and remarkably simple.

Download
samedi 21 avril 2018

Elon Musk envoie une voiture dans l’espace

CONTENNNTSTSH DIH DSHDS

Le fantasque fondateur de Tesla, se rapproche de son rêve de conquête spatiale avec Mars pour destination.

A 46 ans, il est l’un des innovateurs les plus en pointe aux Etats-Unis, avec les succès du système de paiements en ligne Paypal, les voitures Tesla, l’entreprise de panneaux solaires SolarCity ainsi que SpaceX qui fabrique des fusées spatiales. L’une d’elles, la Falcon Heavy estampillée « la plus puissante au monde », a décollé avec succès mardi de Floride avec pour équipage un mannequin en combinaison spatiale au volant d’une voiture électrique rouge cerise Tesla. Sa destination est l’espace lointain, à une distance à peu près équivalente de celle de Mars par rapport au Soleil, où l’engin sera placé en orbite après que les trois lanceurs auront repris le chemin de la terre ferme… Une autre de ses innovations pour abaisser le coût des vols spatiaux, qui ont pour objectif de rallier Mars à l’horizon 2024. Il avait déjà annoncé vouloir envoyer fin 2018 deux touristes faire le tour de la Lune, sur les traces des célèbres missions Apollo de la Nasa entre 1960 et 1970.

Visionnaire

Dans l’univers de la nouvelle économie dominée par l’internet, les entrepreneurs visionnaires, ou qui pensent l’être, sont nombreux mais Elon Musk place la barre très haut. Son projet « Hyperloop » permettant de transporter, sur Terre, des passagers dans des capsules circulant dans un tube à basse pression à une vitesse pouvant atteindre 1.200 km/h, passait pour de la science-fiction lorsqu’il l’a présenté. Or il pourrait se concrétiser en Californie et entre la République tchèque et la Slovaquie. Un centre de recherche est dédié à cette technologie à Toulouse, en France. Il a aussi créé en 2017 la « Boring Company », spécialisée dans le forage de longs tunnels autoroutiers qui doivent régler le problème des embouteillages urbains.

Les analystes saluent un visionnaire qui prend des risques et qui sait s’entourer pour que ses idées deviennent réalité. Il aime aussi créer le « buzz » sur les réseaux sociaux, en vendant notamment 20.000 lance-flammes à gaz au nom de la Boring Compagny en quelques jours en janvier. Mais cet esprit futuriste redoute le développement de l’intelligence artificielle qui pourrait se retourner contre les hommes, les comparant à des chats domestiques s’ils étaient soumis au pouvoir des machines. Il a ainsi participé à la création d’un cabinet de recherche pour développer une intelligence artificielle « humaine ». Il a aussi créé la surprise en émettant l’hypothèse que notre monde ne serait qu’une vaste simulation informatique. « Les chances que nous vivions dans une vraie réalité sont d’une sur des milliards », a-t-il affirmé.

Conseiller de Trump

Né en Afrique du sud le 28 juin 1971, Elon Musk quitte son pays natal à 17 ans et fait ses études universitaires dans l’Ontario puis aux Etats-Unis. Il acquiert les nationalités américaine et canadienne. A moins de 25 ans, il crée Zip2, une entreprise de logiciels en ligne, avant de devenir millionnaire avant ses 30 ans en la revendant au fabricant d’ordinateurs Compaq en 1999. Plutôt que de se reposer sur ses dollars, le jeune entrepreneur fonde X.com, ensuite fusionnée avec PayPal, elle-même rachetée par eBay en 2002 pour 1,5 milliard de dollars.

Sa fortune est actuellement évaluée par Forbes à 20,3 milliards de dollars. Converti à la protection de l’environnement, il fonde Tesla en 2008 et rachète SolarCity en 2016. Il gère également une fondation consacrée à l’éducation, aux énergies renouvelables et à la santé infantile. Il a brièvement participé en 2017 à un forum chargé de conseiller Donald Trump, qu’il a quitté après la décision du président américain de se retirer des Accords de Paris sur le climat.

Côté vie privée, il a eu six enfants, tous des garçons, nés de son union avec sa première épouse, l’écrivaine canadienne Justine Wilson, dont il a divorcé en 2008. Ils avaient perdu leur premier enfant, victime du syndrome de la mort subite du nourrisson. Elon Musk a ensuite épousé deux fois, en 2010 puis en 2013, l’actrice Talulah Riley dont il est aujourd’hui divorcé, pour la deuxième fois.

Les Etats-Unis « respectent profondément » les Africains

CONTENNNTSTSH DIH DSHDS

N’empêche, que selon Trump, des pays d’Afrique ainsi qu’à Haïti et au Salvador restent des « pays de merde »

Donald Trump a assuré dans un courrier aux dirigeants africains que les Etats-Unis « respectent profondément » les Africains, a-t-on appris dimanche de sources diplomatiques, deux semaines après un concert d’indignations provoqué par des propos insultants pour l’Afrique attribués au président américain. Dans cette lettre datée de jeudi 25 janvier 2018, et adressée aux chefs d’Etat rassemblés dimanche et lundi pour le 30e sommet de l’Union africaine, dans la capitale éthiopienne Addis Abeba, M. Trump indique par ailleurs que le secrétaire d’Etat Rex Tillerson se rendrait sur le continent en mars, pour la première fois depuis qu’il est chef de la diplomatie américaine.

Une source au sein de l’UA a confirmé l’authenticité du courrier, relayé sur les réseaux sociaux, ainsi que sa réception par la Commission de l’organisation africaine. Chris Meade, un diplomate de la mission américaine auprès de l’UA, a confirmé qu’un courrier avait bien été envoyé, mais n’a pas souhaité commenter son contenu. « Les Etats-Unis respectent profondément les partenariats et les valeurs que nous partageons avec l’Union africaine, ses pays membres et ses citoyens à travers le continent. Je tiens à souligner que les Etats-Unis respectent profondément les Africains », assure le président Trump dans ce document. « Nos soldats combattent côte à côte pour défaire les terroristes » et « nous travaillons ensemble pour intensifier un commerce libre, juste et réciproque », a-t-il notamment ajouté.

Lors d’une réunion avec plusieurs sénateurs dans le Bureau ovale le 12 janvier, M. Trump avait utilisé le terme « pays de merde » en référence à des pays d’Afrique ainsi qu’à Haïti et au Salvador, selon plusieurs médias et un sénateur ayant participé à la réunion. M. Trump, dont les propos ont provoqué un concert d’indignation, s’était notamment défendu dans une formule alambiquée, affirmant que « le langage que j’ai utilisé lors de la réunion était dur mais ce ne sont pas les mots utilisés ».

Le président américain n’a pas fait référence à ces propos dans son courrier de jeudi, mais a annoncé que « le secrétaire d’Etat Rex Tillerson se rendra en Afrique pour une visite prolongée en mars ». Aux dirigeants africains, M. Trump a également dit « se réjouir à l’idée de recevoir nombre d’entre vous à la Maison Blanche ». Le 13 janvier, les ambassadeurs de 54 pays africains à l’ONU avaient exigé « rétractations » et « excuses ». Selon des sources concordantes, les 55 pays membres de l’Union africaines pourraient adopter lors du sommet d’Addis Abeba une déclaration commune condamnant les propos de M. Trump.