Togo: 4 syndicats appellent à la gréve les deux premiers jours de la rentrée

Quatre syndicats appellent à la grève le jour de la rentrée. Explications avec le porte-parole du Syndicat National des Professeurs de l'Enseignement Technique du Togo.

 

tg atsou atcha df070Atsou Atcha

Quelles sont les motivations de la grève des 4 syndicats dont le vôtre ?

Cette grève n'est que la conséquence de la non réaction des ministres en charge de l'Education suite à une plateforme adressée aux ministères concernés. Cette plateforme trouve sa raison d'être dans les promesses faites par le gouvernement et qui ne sont jamais tenues. Alors, cette plate-forme s'articule autour de 3 points à savoir :

-Au point 1 : l'abrogation du corps des enseignants auxiliaires. Conformément au nouveau statut de la fonction publique achevée en 2013, l'on ne devait plus parler du corps des auxiliaires, mais force est de constater qu'après sa mise en vigueur, les enseignants continuent à croupir sous le poids de l'auxilariat

-Au point 2 l'octroi des primes mensuelles

D'abord il a été promis aux enseignants un statut particulier qui devrait être disponible selon les promesses du gouvernement en fin mars 2014. De cette date jusqu'à ce jour, le document est rangé et mis dans les tiroirs

Nous demandons qu'à défaut du statut particulier, la prime de logement, la prime de nuit et la prime de salissure soient accordées aux enseignants.

En effet, la réforme de 1975 sur l'enseignement a donné un cachet spécial au logement des enseignants et les primes retenues sont dans le statut particulier de l'enseignant qui peine a sortir. Alors, pour l'heure, trouver une formule pour octroyer ne serait ce qu'une prime, en attendant le statut particulier, ne serait pas une mauvaise chose.

-Au point 3: le problème de la CNSS

Étant auxiliaire, certains enseignants cotisaient à la CNSS (Caisse National de Sécurité Sociale)

Après les 5 ans prévus et le retard dans le traitement des dossiers l'on finit par faire 7 ou 8 ans avant d'être fonctionnaire et d'être reversé à la CRT (Caisse de Retraite du Togo)

Une fois dans cette caisse, on nous demande de verser les rétros du temps fait à la CNSS et nous disons que c'est injuste. Certains ont versé ces rétros et doivent avoir le remboursement des fonds retenus par la Caisse nationale de sécurité sociale.

Où en êtes vous arrivés dans les discussions avec le gouvernement ?

Nous avons d'abord déposé la plateforme depuis le 22 août, puis relancée le 06 septembre. Toujours sans suite, nous avons déposé le préavis le 30 septembre. C'est suite à ce préavis qu'une rencontre a eu lieu le 04 octobre au cabinet du ministre de la Fonction publique. Une discussion a eu lieu avec le ministre Bawara.

Au moment où les 4 syndicats lancent leur grève, un communiqué du gouvernement dit prendre en compte vos revendications ? Que répondez-vous au gouvernement ?

En lisant entre ces lignes, on comprend qu'il n'y a rien de concret et le gouvernement ne cherche qu'à manipuler les enseignants, en réduisant toute sa vie à ce qu'il a déjà acquis comme la prime de rentrée et de bibliothèque.
Nulle part sur la plateforme cette prime n'est réclamée. C'est un acquis et la grande majorité le sait. Toutefois, il y a encore des camarades indécis qui pensent que les 1.5 résolvent toutes nos revendications. C'est une grave erreur d'appréciation. Les 1.5 sont un acquis qu'on ne discute plus. Que le gouvernement cesse de surfer sur ça. Nous avons posé une plateforme et seule la satisfaction totale nous fera changer d'avis.

Pensez-vous que, l'appel à la grève sera suivi quand on sait qu'il y a d'autres organisations qui ne disent rien ?

Étant donné que cette grève est décidée par la base, elle ne peut que marcher.

Après les deux jours de grève les 17 et 18 octobre, quelle sera la suite dans les revendications ?

Nous avons prévu une assemblée générale synchronisée pour décider du jour de la prochaine grève ainsi de suite jusqu'à satisfaction.

Propos recueillis par Lambert ATISSO à Lomé