Ourna Gnanta, un Front pour le référendum au Togo

Ourna Gnanta et d'autres Togolais lancent un Front pour exiger un référendum. Ils veulent des réformes constitutionnelles et rêvent d'une nouvelle République.

tg ourna gnanta2 3e08fOurna Gnanta

Afriqueactualite.com : Pourquoi le Front pour le référendum au Togo ?


Ourna Gnanta : Notre pays a exploré toutes les voies politiques possibles pour parvenir à des reformes consensuelles, mais sans succès.

Les accords politiques, les cadres de dialogue, les différentes commissions, sans oublier les tentatives de réalisation des reformes par voie parlementaire ; toutes ces initiatives n'ont connu que des échecs pour des raisons diverses.

Aussi il est à noter que, l'APG a été signé dans un environnement politique qui a évolué avec le temps. Il se révèle donc que l'APG ne recèle pas toutes les reformes dont a besoin notre pays aujourd'hui pour sa stabilité.

C'est au regard de ces éléments que nous pensons qu'il est nécessaire de passer à une nouvelle République. Et pour ce faire la voie référendaire est la mieux indiquée, pour disposer d'une loi fondamentale avec sa légitimité originelle dont seul le peuple est détenteur.


Référendum oui, mais avec quelle commission électorale ? Quelle cour constitutionnelle et quel fichier électoral ?

Si nous nous entendons sur la nécessité d'y aller, on discutera ensemble des conditions d'organisation dans un cadre approprié qui puisse garantir la transparence. Le referendum est une élection binaire et ce n'est pas si compliqué. Il faut surtout compter sur l'implication totale du peuple.


Le lancement officiel de votre initiative c'est pour bientôt. Qu'est ce qui sera fait concrètement après ?

Après le lancement, nous allons nous employer à convaincre le chef de L'Etat et son gouvernement, les différentes institutions de la République, les acteurs politiques et de la société civile avec qui nous sommes déjà très avancée dans les échanges préliminaires. Nous serons dans toutes les régions du pays pour mobiliser les populations autour cette initiative. Un plan d'actions détaillé vous sera communiqué le jour du lancement.

L'opposition réclame à maintes reprises des réformes au gouvernement en exigeant l'application de l'Accord Politique Global signé en août 2006. Ne voyez-vous pas que, votre initiative rendra les choses compliquées aux opposants ? Avez-vous pris langue avec eux ?

Notre initiative ne rend en aucun cas les choses difficiles. Notre action n'est dirigée contre aucun bord. Nous estimons tout simplement qu'il y a beaucoup d'autres réformes, pas en dehors mais en plus de ce qui est contenu dans l'APG. Nous demandons des réformes qui iront au-delà de l'APG. Vous prendrez connaissance très bientôt de notre projet qui sera enrichi par les propositions des populations à la base lors de nos tournées sur toute l'étendue du territoire.

Certains observateurs pensent que, c'est une initiative de trop. Que répondez-vous ?

Rires. Ce sont les commissions et cadres de dialogue qui sont de trop. Nous voulons rendre au peuple son pouvoir de décision et donc mettre un terme aux tergiversations sur les questions de réformes. Nous savons que beaucoup de Togolais de Lomé à Cinkassé pensent la même chose que nous.

Propos receuillis par Lambert Atisso à Lomé