RCA : insécurité à Bria, Arsène Kongbo « des femmes accouchent dans la forêt. »

Les députés de la région 5 ont effectué une mission de médiation entre les groupes armés à Bria. L'Honorable Arsène Kongbo faisait partie de la délégation.

rca arsene kongbo depute de bria 1e295

Arsène Kongbo

Comment se présente la situation sécuritaire à Bria depuis votre élection en tant que député et celle du Président Faustin Archange Touadera ?

Bria, c'était une ville de guerre quand on se préparait aux élections. Depuis le 21 novembre 2016 à ce jour, la situation sécuritaire est de plus en plus délicate. Les groupes armés occupent totalement la localité et sèment la désolation. Plusieurs centaines d'habitants sont tués. Au départ plus de 40 000 déplacés étaient sur les sites. Pour l'instant plus de 30 000 déplacés traversent encore des moments difficiles.

Quels sont les groupes armés qui s'affrontent ?

Il y'a les groupes de FPRC d'Abdoulaye Hissene et les auto-défenses qui s'affrontent toujours.

Quelles ont les conséquences de cette crise sur Bria ?

Il n'y a plus de nourritures, la population est affamée et ne trouve pas à manger. Les groupes armés règnent en maîtres, si bien que tout le monde a peur. Il n'y a pas de vie. Les administrations sont pillées et saccagées. L'école ne fonctionne pas. Les femmes enceintes accouchent dans la forêt. Voilà quelles que conséquences.

Vous avez rencontré les groupes armés, croyez-vous au retour de la paix à Bria ?

Nous avons fait notre part. Nous sommes satisfaits, car durant une semaine passée à Bria, nous n'avons pas entendu un crépitement. Le chef de groupe d'auto-défense et du FPRC qui n'ont jamais été vus par la population, nous avons tout fait pour qu'ils se saluent publiquement. Les ex combattants sont ouverts aux discutions. Ceux du FPRC d'Abdoulaye Hissene et de Aazor Kalité, ceux du MPC et d'auto- défense. Ils n'attendent que le gouvernement pour favoriser le processus du DDRR afin de garantir la sécurité et le retour à la normale dans la localité.

Selon vous que faut-il faire aujourd'hui pour favoriser le retour des déplacés ?

Le gouvernement et la MINUSCA doivent favoriser surtout le DDRR, restaurer l'autorité de l'Etat, redéployer les Forces Armées Centrafricaines dans la région pour permettre aux déplacés de regagner leurs habitations .