Rémy Roux : L'AFD a engagé 900 milliards de CFA en dix ans au Sénégal

L’Agence française de développement (Afd) est l’un des premiers partenaires du Sénégal. Entretien avec son directeur général, Rémy Roux.

 
R-Rioux-photo-300pxl 2 f6d5dRémy Rioux
 
 
 
En 2016, l'Agence française de développement a battu un record dans ses engagements avec un montant de 9,4 milliards d'euros. Quelle est la part de l'Afrique dans ces engagements et les secteurs bénéficiaires ?
 
L'Afrique représente 50 % des engagements de l'AFD à l'international. Nous avons financé 4 milliards d'euros de projets en Afrique en 2016. C'est la priorité de la politique de développement de la France : 85 % des moyens budgétaires qui nous sont accordés par l'État y sont concentrés.
 
Au Sénégal, nos engagements ont dépassé 140 milliards de FCfa en 2016. En cumulé, depuis 2007, ce sont près de 900 milliards de FCfa (1,4 milliard d'euros) que nous avons engagés dans votre pays. Dans de nombreux secteurs : les infrastructures, bien sûr (eau et assainissement, transport avec le train express régional (Ter), développement urbain), l'énergie, l'agriculture, mais aussi les secteurs sociaux, en particulier l'éducation, priorité du président de la République Française.
 
L'Afrique est la priorité de l'AFD. Fondée par le général De Gaulle à Londres en 1941, notre agence a dans son ADN la lutte contre toutes les injustices et toutes les inégalités. En cherchant à créer des liens multiples entre l'Afrique, l'Europe et la France. En cherchant à innover pour faire du développement un partage d'expériences entre égaux. Aujourd'hui, le Sud inspire le Nord. Mobile banking, énergies renouvelables, gestion des biens communs : l'Afrique a beaucoup à nous apprendre.
 
 
Quelles sont les grandes lignes de la stratégie tout Afrique ?
 
L'AFD développe une stratégie "Tout Afrique". Et si l'on cessait de couper l'Afrique en deux, entre Afrique du nord et Afrique subsaharienne, que verrions-nous ? Il est temps de voir l'Afrique comme un tout, comme la voient les Africains eux-mêmes, pour comprendre les dynamiques à l'œuvre – continentales, sous-régionales, nationales, territoriales. L'AFD veut sortir d'une vision duale du continent, décentrer le regard, décloisonner les approches. Voir l'Afrique du Maroc à l'Afrique du Sud, du Sénégal à Djibouti. C'est une évidence... qui n'en est pas encore une !
 
Notre stratégie "Tout Afrique" suppose de nous doter des moyens nouveaux pour traiter les enjeux transfrontaliers et les questions d'intégration régionale. L'AFD va notamment se doter de cinq délégations régionales en Afrique. L'AFD voudrait être la première institution non-africaine à voir l'Afrique comme les Africains eux-mêmes.
 
 
Vous injectez plus de fonds dans les prêts que dans les dons (1 milliard d'euros sur 9 milliards). Pourquoi cette option ?
 
La France a un modèle de financement du développement qui combine, en effet, prêts et dons. Nous avons besoin des dons pour intervenir dans les contextes les plus difficiles. Et nous accordons des prêts concessionnels, c'est-à-dire très inférieurs aux taux du marché, pour permettre des investissements d'un montant plus importants et qui ont un fort impact de développement durable. J'ajoute que, pour mobiliser des volumes de financement plus élevés encore, nous finançons le secteur privé et nous cherchons à orienter les investisseurs vers l'Afrique.
 
Remy Rioux2 f28f2
 
C'est la mission de notre filiale Proparco, qui a fêté ses 40 ans le 19 septembre, et du nouveau fonds d'investissement dans les infrastructures de 600 millions d'euros que nous montons avec la caisse des dépôts française. Et nos moyens vont encore s'accroître à l'avenir, puisque le président Macron a fixé à 0,55 % de notre revenu national le montant qui sera alloué à l'aide publique au développement (Apd) en 2022.
 
Votre question rejoint une conviction forte, que nous nous sommes forgée depuis 75 ans que nous intervenons en Afrique, en Amérique latine, en Asie, au Moyen-Orient, dans les Caraïbes et dans l'Outre-mer français. Le privé et le public sont complémentaires. Aucun pays ne s'est développé uniquement par de l'endettement public.
 
L'investissement public est indispensable pour financer les services publics, pallier les défaillances des marchés et accélérer l'investissement privé. Mais, c'est l'initiative privée qui permet de passer à l'échelle, de prendre du risque et d'innover. Nous finançons, par exemple, au Sénégal, neuf centres de formation professionnelle selon un modèle de gouvernance public-privé innovant. L'emploi des jeunes est une priorité. Public et privé peuvent et doivent œuvrer ensemble à la prospérité de chacun.
 
 
Quels sont vos objectifs chiffrés en développement pour l'Afrique ?
 
Sur les cinq prochaines années, l'AFD engagera 23 milliards d'euros sur le continent. Le groupe Afd entend maintenir la cible de 50 % de ses engagements en Afrique, et ainsi passer de 4 à 5 milliards d'euros par an. Pour y parvenir, l'Afd va mobiliser toute la gamme de ses instruments financiers (prêts, dons, garanties, fonds propres), mais aussi son expertise et ses capacités de recherche. Pour être précise et pertinente, elle invente de nouveaux instruments comme une facilité Crises et Conflits de 100 millions d'euros par an en dons ou le fonds Afd-Cdc pour les infrastructures et cherche à inventer de nouvelles formes d'actions, comme cette Alliance pour le Sahel, coalition inédite de bailleurs et de pays, pour faire plus et faire mieux pour les populations de cette région.
 
Remy Rioux 3 26df0
 
L'Afd se soucie-t-elle de transfert de technologies dans ses projets souvent exécutés par des entreprises françaises ?
 
L'Afd apporte à ses clients un soutien tant financier que non financier. A cet égard, l'appui-conseil, le renforcement de capacités, et plus largement l'accès à l'expérience française dans de nombreux domaines font partie des transferts de savoir-faire auxquels les projets que nous finançons contribuent.
 
Quant aux entreprises françaises, elles ont permis les meilleures pratiques internationales en termes de responsabilité sociale et environnementale. Nous veillons, dans nos financements, à ce que les meilleurs standards de concurrence, de passation de marchés et de qualité soient respectés.
 
J'irais plus loin. Le développement doit marcher dans les deux sens. Aujourd'hui, l'Afrique innove et nous aurions tort de ne pas nous en inspirer. Partager nos expériences et apprendre les uns des autres, c'est le sens désormais de la politique de développement. Nous devons porter la plus grande attention aux processus d'innovation croisée et inversée. Dans la défense de nos biens communs, le Sud a souvent une longueur d'avance sur le Nord. L'AFD veut accélérer cette prise de conscience et contribuer à en étendre les bienfaits.
 
Propos recueillis par Zakaria Ndiaye à Dakar